Contents - Previous - Next

This is the old United Nations University website. Visit the new site at

Session III: Biology, medicine, and the future of mankind

Report on session III
La maîtrise de la vie: Pour quoi faire?
Restructuring a framework for assessment of science and technology as a driving power for social development: a biosociological approach
Human aspects of medical sciences: Medical technology and the responsibility of the physician

Chairman: Osama A. El-Kholy
Co chairman: Ljubisa Rakic
Rapporteur: Gregory Blue


Gregory Blue

In the first paper of this session, Dr. Ribes gave a brief sketch of the state of play in biological research in general and considered a few of the factors pushing this research forward. He then linked present research prospects to underlying theoretical and philosophical themes, demonstrating in turn that questions of social ethics are inherent in the life sciences and suggesting a series of basic guidelines pertinent to the utilization and application of biological knowledge. Questions of evolutionary theory were at the heart of Dr. Ribes' paper, and related ones were likewise crucial to Dr. Mori's presentation of the views of the Japanese ethnologist and anthropologist Imanishi Kinji, who has developed a "big-sociological" approach to evolution in contrast to the approach of Darwin. Dr. Mori began with a quite interesting exposition linking recent developments in biological and behavioral theory with changes in political and social relations; he then went on to attempt an extension of Imanishi's "big-sociological" approach in order to explain the generation of conflicts within contemporary human societies. That his efforts in this last attempt were perhaps less than satisfactory was pointed out sharply by Dr. Pandeya in the discussion. Dr. Pandeya warned of the dangers of obscurantism and insisted on the importance of formulating concrete analyses of specifically social and political problems.

The third position paper, by Dr. Rakic (presented by Dr. Milanovic), spoke of the necessity of redefining the nature and scope of the responsibility of the physician and stated that it is now necessary to conceive of the physician's duties in terms of social rather than merely professional obligations. During the discussion Dr. Pandaya observed that the improvement of health-care systems around the world is being hindered mainly not by physicians' conception of their responsibility but by transnational corporations dealing in pharmaceutics and medical equipment who are motivated by considerations of profit rather than of health. Dr. Tsurumi agreed with this point but suggested that physicians are called upon to make a choice between serving the transnational and serving the people. In the last intervention of the day, Dr. Rakic argued that adequate understanding and treatment of many major diseases nowadays requires the implementation of a multi-disciplinary approach, incorporating knowledge not only from the medical and pharmaceutical but also from the human and social sciences.

In an intervention scheduled originally for the first session, Dr. Furtado made the theoretical point that particular technologies are important not in themselves but as sources of power for changing the world. He also noted that since 1945 scientific-technological progress has been dominated by the arms race but during the same period the overall balance of world power has increasingly been shifting in favour of Third World countries.

Finally, Dr. Holland noted that many new technologies have the capacity to reduce boring work greatly but in certain circumstances they may also bring about widespread unemployment. Dr. Holland also mentioned the pressures for protectionism in certain industrialized countries which are faced with foreign competition based on technological innovation.

Anouar Abdel-Malek, Celso Furtado, Stuart Holland, A. N. Pandaya, Bruno Ribes, and Kazuko Tsurumi took part in the discussion.

Report on session III

Gregory Blue

Three position papers were presented and discussion followed.

Dr. Ribes summarized some major points of his paper, "La Maiîtrise de la Vie: Pour Quoi Faire?" First of all, he treated two aspects of modern biological research: the necessity of advancing current knowledge, and the problems entailed in this advance. Research is necessarily pushed forward by broad demands for the improvement of life, e.g., for improvement of industrial and agricultural production, for health care at individual and national levels, and by problems concerning genetic factors at the international level. Nevertheless, research and the application of research results are often carried out despite fundamental ignorance, on our part, concerning the global effects of our interventions - certain drugs, for example, have immediate side-effects, others can affect genetic structures. The question thus arises: should we do all that we have the power to do, or should we first try to overcome our ignorance?

The second part of the presentation dealt with the question: "What is Life?" It was stressed that life is not simply a totality of regulated chemical elements, but rather an evolving dynamic. This evolution has two aspects: towards individual perfection and towards "depassment" of the individual and liberation from necessity. The principal factor in the second aspect is an openness to other living beings, already evident in sexuality and showing that life itself is relation.

It is now important to reinforce this "depassment," and this can be done according to five requirements which can be summarized as follows:

(a) stressing compatibility;

(b) learning the possibilities for open life, rather than excluding them;

(c) intensifying the relational character of openness to others;

(d) preserving the singularity of the individual; and

(e) accepting the historical character of life, for life has no sense - biological or otherwise - apart from this historical character.

Dr. Mori presented his paper entitled "Restructuring a Framework for the Assessment of Science and Technology as a Driving Power for Social Development: A Biosociological Approach." Dr. Mori extended the anthropological methods of Imanishi Kinji to contemporary power relationships, and he applied Imanishi's non-Darwinian theory of evolution in order to analyse such power relationships at the systems level. After considering the characteristics of animal societies, he maintained that what distinguishes human societies is culture, i.e., conscious control of nature and appropriation of surplus in order to raise living standards. Science and technology were portrayed as cultural phenomena; and modern science and technology were presented as having two distinct components, viz., universal general principles and cultural elements. Because modern science developed in Europe it is natural for problems, due to the specifically European cultural elements, to arise when modern science and technology are transferred to other cultures. It is thus necessary to analyse the needs which modern science/technology are meant to fulfill within another culture, if they are to be successfully rooted into it.

Science and technology at the global level seem today to have lost their power as forces for the constructive transformation of the world, and this is because the global hierarchical structures of political power have reached a level at which they are blocking general human development. Among other things, this has serious repercussions upon social and physiological time-sensitivity.

The third position paper was that of Dr. Rakic entitled "Medical Technology and Its Effects." It was presented by Dr. Milanovic. The paper dealt with human relations in the field of medicine. Emphasis was placed on problems inherent in current specialization in medical research, which tends to preclude an integral approach to health care and which simultaneously leads to lack of specificity in dealing with the problems of any given individual. At the same time, the medical knowledge of most people is left at a fairly low level. And hence impersonal and bureaucratic relations tend to prevail in the doctor-patient relationship. On the one hand, there is the patient, who doesn't know what's happening to him but who often expects more from the physician than can actually be given. On the other hand, the physician becomes a distant agent whose task is seen only as the application of specialist research. To overcome this situation it is necessary to depersonalize the doctor-patient relationship. Re-personalization can be facilitated: (1) by development within medical research of a broad multi-disciplinarily between the various medical-related sciences themselves and also between them and pertinent branches of the social sciences; (2) by keeping in mind the physical and social specificity of each patient; and (3) by promoting general medical education for the general population, and for each patient in regard to his own case.

Furthermore, the medical profession as a whole should become involved in self-regulation and should take a critical attitude to the results of medical practice; and the concept of the physician's ethical responsibility must be broadened, so as to take into account both the needs of scientific progress and the needs of the local, national, and international communities.

In the discussion several themes were developed.

1. It was strongly questioned whether Dr. Mori's attempt to apply a biosociological approach to contemporary human problems is valid. There was divergence about whether such an approach leads to illusions about reconciling irreconcilable forces in the political sphere, or whether it can aid in constructing a non-confrontational model for dealing with problems.

It was pointed out that the distortion of social time-sensibility is an extremely great problem, which is leading to a generation gap on a world scale. Productivism tends to destroy people's collective memories and hence to make impossible a collective present.

2. It was pointed out that transformation of existing medical relations must involve a clear understanding of the role of the transnational pharmaceutical companies. It was also said that physicians must choose between serving these companies or serving the real needs of the people.

3. In regard to medical practice, it is necessary to keep in mind the mutual interaction between the individual human organism and the external environment. Many types of disease are impossible to cure without a previous transformation of external physical or social conditions. In such a situation, it is extremely misleading to think that medical success can be attained at the level of the individual alone.

4. It is incorrect to consider science and technology as panaceas for all problems, as independent and isolated from other factors in the world. It was observed that the majority of technological advances since 1945 have been consequences of the armaments race and that this race now dominates technological advance. It is true, thus, that science and technology are sources of power in the present transformation of the world, but they must be viewed within the full context of global power relations.

5. It was observed that, since 1947, the greatest overall growth in the world has taken place in the underdeveloped countries, and that this growth has for the most part occurred in industrial production, whereas growth in the developed world has mostly occurred in the service sectors.

6. It was said that the negative effects of industrial techniques are only inevitable so long as there is no social control over them. Also, it is necessary to take into account all aspects of transformation planning: e.g., it is absurd to promote schemes for "rural development" which ignore subsequent urban over-crowding, etc.

La maîtrise de la vie: Pour quoi faire?

Bruno Ribes

Bruno Ribes

I. Necessite et enjeux
II. La "logique" du vivant
III. Quoi faire?


La maîtrise de la vie: pour Quoi faire? - Pour répondre de manière pertinente à pareille question, il faudrait faire état de l'ensemble des recherches biologiques et médicales actuelles et des perspectives qu'elles ouvrent à court et à long terme; montrer l'impact prévisible des diverses sciences de la vie sur les structures économiques, sociales et culturelles, nationales et internationales, en dégager les implications d'ordre éthique et politique.

C'est là un sujet immense que nous ne saurions traiter dans le cadre de cette communication. D'une part, il y faudrait un volume (nous nous permettons de renvoyer à celui que nous avons publié aux presses de l'UNESCO, Biologie et éthique, dont nous utiliserons ici certains développements); d'autre part, n'étant pas biologiste nous-mêmes, nous n'avons pas la compétence requise pour dominer la question posée. Notre propos restera donc forcément modeste et limité. Dans une première partie, nous voudrions rappeler sommairement quelle nécessité et quels enjeux nous contraignent aujourd'hui à poursuivre intensément notre effort pour parvenir à une véritable maîtrise de la vie. Puis nous amorcerons une réflexion sur ce qu'est la vie elle-même. Enfin, nous formulerons quelques suggestions concernant la dernière partie de notre question: pour quoi faire?

I. Necessite et enjeux

Certes, l'humanité a toujours cherché à percer le mystère de la vie, à l'organiser, voire à la maîtriser. Mais, de nos jours, la nécessité de parvenir à une complète maîtrise de la vie se fait sentir impérieusement. En effet, d'une part, nous avons à faire face à des contraintes de plus en plus rigoureuses; d'autre part, les progrès mêmes de nos recherches et de nos découvertes, les nouveaux pouvoirs que nous avons acquis, nous obligent à approfondir cette maîtrise, faute de quoi nous risquerions de provoquer des perturbations de grande ampleur.

Je ne m'étendrai guère sur les contraintes qui nous pressent de rechercher une plus profonde maîtrise de la vie. Elles s'imposent à nous par suite de l'accroissement considérable des besoins de l'humanité du fait de l'explosion démographique et des exigences du développement. Ainsi devons-nous lutter contre les dangers qu'engendrent les pollutions de toutes sortes et maintenir en équilibre les écosystèmes, voire la biosphère; nous devons développer notre agriculture et notre aquaculture végétales et animales; dans cette perspective, il nous faut non seulement perfectionner nos méthodes de sélection ou d'insémination artificielle, mais aussi les manipulations génétiques, y compris le "clonage", et sans doute demain serons-nous amenés à utiliser tout l'arsenal des bactéries recombinantes ou recombinées pour améliorer les espèces, les adapter, pour régénérer et fertiliser les sols. En même temps, nous avons à parfaire nos techniques de stockage, de conservation des aliments et, d'une manière générale, à développer l'industrie agro-alimentaire.

Par là se dessinent déjà les liens qui unissent la biologie à l'industrie. Or, ces liens iront en s'intensifiant, particulièrement dans trois domaines: non seulement il faudra surmonter les phénomènes de nuisance et les problèmes de traitement ou d'élimination des déchets; non seulement nous aurons à accroître le potentiel de l'industrie biochimique, en particulier de l'industrie pharmaceutique; mais nous allons devoir entrer résolument dans les nouvelles perspectives ouvertes par l'utilisation des bactéries recombinantes: on sait, en effet que ces nouvelles techniques offrent des possibilités considérables qui laissent espérer une transformation de l'industrie pharmaceutique (fabrication à bon marché de produits jusqu'ici très onéreux - notamment l'insuline ou de vaccins plus fiables) et de l'industrie chimique. D'ores et déjà on peut attendre de l'activité bactérienne qu'elle soit utilisée à des fins aussi diverses que la dépollution, le recyclage des eaux usées, la fourniture de divers types de soie, la production de méthane, etc. J'en passe et des meilleurs ou des pires, dans la mesure où l'armement fait aujourd'hui appel à la biologie. Il est manifeste que la recherche biologique se voit stimules par de formidables intérêts, impatients d'obtenir des résultats permettant de rentabiliser les investissements consentis, intérêts qui infléchissent la déontologie des savants et la finalité de leurs recherches.

Encore n'ai-je pas ouvert le chapitre capital de la médecine. Et l'on sait combien, dans ce domaine, les progrès sont rapides et cependant combien il nous reste à faire tant au plan de la prévention qu'à celui de la thérapie. C'est toute l'existence humaine qui se trouve désormais prise dans une fantastique course au progrès: avant même la conception, alors que se multiplient les examens génétiques prénuptiaux et les possibilités de surmonter la stérilité; dans la conception même, grâce à l'insémination artificielle et à ses dérivés, c = e le choix du sexe de l'enfant; durant la conception, puisque se multiplient les interventions chimiothérapies, voire chirurgicales sur l'embryon ou le fœtus. Nul doute que, dans les décennies à venir, les pratiques orchogénétiques se développent: espérons que, dans le même temps, les responsables sauront se garder de la tentation de l'eugénisme. Par-delà la naissance, c'est toute l'existence humaine qui bénéficie aujourd'hui d'un arsenal de traitements de plus en plus audacieux, présupposant une connaissance sans cesse approfondie des réactions et régulations les plus secrètes de l'organisme humain et l'utilisation de techniques ultrasophistiquees: là encore, les promesses sont fascinantes, mais la tentation ne fera que croître de plier l'homme à la médecine et non plus la médecine à l'homme. Et cette dernière remarque est d'une importance particulière quand on sait les progrès accomplis pour lutter contre la mort ou pour prolonger la vie, progrès qui ne sont pas toujours exempts d'un acharnement thérapeutique suspect.

En réalité, bon nombre des interventions qui viennent d'être évoquées sont rendues nécessaires par la multiplication de maladies en rapide expansion, tels les cancers et les affections cardio-vasculaires, et qui tiennent d'une part à l'accroissement la longévité, mais aussi aux conditions de vie abusives qui sont aujourd'hui les nôtres et qui perturbent plus ou moins profondément notre organisme, risquant d'ailleurs de grever le patrimoine génétique des générations à venir. Je ne parle pas seulement des nuisances, mais aussi des abus de nourriture, d'alcool, de tabac, et de l'abus dans la consommation des médicaments, dont on sait qu'il préoccupe de plus en plus les biologistes et les médecins, en particulier les généticiens. Se pose à cet égard le très grave problème de la conservation du patrimoine génétique de l'humanité, dont on sait qu'il se dégrade rapidement.

Parlant d'abus ou de traumatismes, il faut bien évoquer également la nécessité où nous sommes de compenser les troubles psychiques de toutes sortes et le "stress" subis par un nombre croissant d'individus, incapables de surmonter les tensions de tous ordres qui s'exercent au sein des mégalopoles et les multiples conditionnements nerveusement éprouvants qui leurs sont imposés. Ici se profile tout un autre secteur de l'activité médico-biologique: celui de l'intervention sur le système nerveux et des divers moyens de transformer le comportement humain. Dans ce domaine encore, le meilleur est à espérer et le pire à craindre.

On le voit, c'est tout le destin de l'individu qui est aujourd'hui capable d'être modifié par les progrès des diverses sciences de la vie et, par-delà les individus, le sort même des sociétés et de toute l'humanité. Si puissants sont les moyens dont nous disposons que nous ne pouvons agir à la légère. Les progrès mémés que nous avons accomplis nous imposent de progresser encore davantage dans la maîtrise de la vie: non seulement parce que, parvenus à un certain stade de progrès, ni les individus ni les groupes sociaux ne toléreraient un retour en arrière, mais aussi parce que nous sommes désormais engages dans une escalade de l'artifice. Je me bornerai sur ce thème à développer trois remarques.

La première remarque tient à ce que nous intervenons sur les vivants, végétaux, animaux et humains, en dépit d'ignorances fondamentales. Les incitations ou impératifs qui pèsent aujourd'hui sur la biologie et la médecine donnent lieu à des extrapolations multiples, d'ordre théorique ou pratique, qui tendent à présenter comme globales ou définitives des découvertes partielles et précipitent la mise en application des possibilités offertes. Or, ces extrapolations et cette utilisation sont poursuivies alors que nous restons sur beaucoup de points dans l'ignorance du retentissement à terme de ce que nous entreprenons et effectuons. Ainsi, nous connaissons très mal les lois, les composantes et les capacités d'adaptation réelles ou potentielles du vivant, considéré selon sa structure interne et dans sa relation avec le milieu. Dès lors de nombreuses pratiques de la biologie ou de la médecine ont eu ou peuvent avoir (car les effets se font sentir à retardement) des répercussions dommageables. C'est déjà l'évidence en ce qui concerne les écosystèmes et la biosphère. Mais les interventions que nous nous disposons à faire, en particulier celles qui touchent à la génétique, sont d'une portée bien plus considérable encore, notamment si se développe l'utilisation des virus comme vecteurs mutagéniques.

S'agissant de l'homme, ces inconnues se redoublent, car notre ignorance porte à la fois sur la physiologie mime du cerveau (à quoi servent exactement les lobes frontaux, dont le développement est cependant caractéristique de l'être humain?), sur son activité, sur sa dépendance et sur son action par rapport au métabolisme de base, sur l'émergence de l'activité psychique et sur son rôle dans la régulation interne de l'ensemble de l'organisme. Au mieux nous percevons quelques effets, quelques fonctions. Mais, en ce domaine, la plupart des mécanismes et des causes nous échappent encore.

Il s'ensuit que nous sommes dans l'incapacité, pour une large mesure, de prévoir ou de maîtriser les "retombées" physiologiques et psychologiques, individuelles et sociales, de certaines pratiques et cela, au moment même où, nous l'avons vu, la biologie doit faire face à des incitations et des pouvoirs de plus en plus pressants, qui la projettent dans une escalade de l'artifice.

Or, dans cette escalade, et c'est ma deuxième remarque, nous avons affaire à une exigence bien plus essentielle: celle qui surgit de la dimension temporelle. En l'état actuel de nos connaissances, nous sommes incapables de la maîtriser. D'une part, les pouvoirs scientifiques acquièrent une portée considérable dans l'épaisseur de la nature et la profondeur du temps. La nature, y compris la nature humaine (nous aurons à y revenir) subit des modifications somatiques et psychiques qui l'atteignent dans son "programme" même: non plus seulement dans l'immédiat, mais aussi bien dans le futur. Naguère les effets de nos interventions étaient directement et immédiatement liés à l'agent causal. L'homme pouvait en évaluer les conséquences et régler sa conduite conformément à son expérience personnelle ou à celle de ses confrères. Aujourd'hui, l'agent causal, notamment dès lors que nous agissons sur le programme génétique, est séparable et séparé des effets par une ou plusieurs générations de vivants. Et nos interventions prennent un caractère irréversible, puisque, en cas de dommages aucune réparation n'est envisageable (et, envisagée, elle n'atteindrait pas les mémés organismes), surtout s'il s'agit de la vie, et plus particulièrement de la vie humaine.

D'autre part, la vie est affaire d'équilibre, d'homéostase, d'organicisté. D'où le danger des interventions ponctuelles. Les médecins le savent bien, qui sont souvent contraints de compenser tel traitement par un autre, s'engageant ainsi dans un processus d'acharnement thérapeutique, ou qui, luttant contre la maladie, sont parfois dans l'impuissance d'en éliminer les séquelles. Il serait aisé de montrer que toutes les possibilités offertes par la biologie contemporaine induisent des processus de compensation, le plus souvent imprévisibles dans l'état actuel de nos connaissances, qui ne peuvent aller qu'en s'accentuant. Mais aurons-nous toujours le temps de compenser? Il en va de même au niveau du cosmos ou de la société. C'est ainsi que sans y prendre garde (pouvait-on le faire) nous avons perturbé et pollué maint écosystème, ou que certaines pratiques, peut-être tolérables, sinon recommandables, au niveau des individus, ont modifié telle ou telle structure fondamentale de l'humanité. Typique à cet égard est l'abaissement de la mortalité, notamment infantile: c'est évidemment l'une des principales causes de la fantastique ascension de la courbe démographique mondiale, laquelle a induit la nécessité de généraliser la régulation des naissances, mais a aussi accéléré le phénomène d'urbanisation qui, à son tour, modifie profondément le conditionnement psycho-somatique des individus, sans parler des structures sociales, économiques, culturelles et politiques.

Bref, la nécessité d'accroître notre maîtrise de la vie se fait sentir avec d'autant plus d'urgence que, bon gré mal gré, nos interventions, même ponctuelles ou partielles, hypothèquent notre devenir et retentissent sur des ensembles.

J'en arrive ainsi à ma troisième remarque. Cette escalade de l'artifice, il est illusoire de penser qu'elle puisse cesser un jour. Que nous le voulions ou non, nous sommes engages dans un processus irréversible tel que l'ensemble des rapports entre l'être humain et le biologique s'en trouve substantiellement modifié. Alors que, naguère, nous nous bornions à laisser être, parant tant bien que mal à l'accidentel, nous sommes entrés aujourd'hui dans une civilisation du faire-vivre qui, de plus en plus, vise à atteindre les caractères essentiels de la vie. Pareille transformation serait pleinement exaltante n'était la précipitation avec laquelle nous sommes contraints de passer du savoir au faire, en dépit de nos ignorances; n'était aussi la propension de plus en plus générale à se fier exclusivement aux prouesses et promesses scientifiques et techniques, comme si elles étaient en mesure d'obvier à toutes les erreurs ou imprudences et de renverser l'irréversible.

Culturellement tout au moins, les problèmes relatifs à la santé tendent à se poser en termes de "pouvoir", plus encore qu'en termes de "faire", dans une sorte de dialectique du possible et de l'impossible. Le possible devient ainsi le critère fondamental de l'action et de la pratique. Mais alors se pose la question cruciale qui est tout ensemble d'ordre scientifique, socio-politique et éthique: peut-on tout faire, sous prétexte que cela devient possible? Quels critères, quelle finalité donner à nos interventions. Intensifier nos recherches pour parvenir à la maîtrise de la vie: pareil objectif fait l'unanimité. Mais la maîtrise de la vie pour quoi faire? Telle est la question...

Contents - Previous - Next